Exclusivité PIANO : Jasmine Burke explique sa collaboration avec LisaRaye, son single 'Skin I'm In' et PIANO TV

Entretien avec Jasmine Burke

Jasmine Burke a récemment fait des vagues avec aux côtés Alexandra Shipp dans 'Drumline: A New Beat' et maintenant elle se prépare à partager avec le monde un rôle principal passionnant.

Entre l'écriture et la culture de son talent musical comme on le voit sur 'Making Tha Band' de MTV, Burke a été occupée à travailler aux côtés de LisaRaye sur un film qui explore les problèmes profondément enracinés des Afro-Américains avec le colorisme en Amérique.

Ci-dessous, cette beauté présente ses dernières aventures musicales et télévisuelles, y compris un passage dans la prochaine émission télévisée de PIANO.

Parlez-nous de votre parcours.



J'ai commencé très, très jeune en tant que petit tater tot à l'école primaire. J'ai toujours été franc, une boule d'énergie, même à la maternelle. Si le professeur disait 'Ok, j'ai besoin de quelqu'un pour faire l'exemple', j'étais comme le premier avec la main levée. J'avais hâte d'être devant tout le monde et de dire quelque chose. Donc, c'est juste en moi depuis mon plus jeune âge. J'ai fait tous les spectacles de talent, au théâtre toute ma vie scolaire. [J'étais] le capitaine des pom-pom girls ; capitaine de l'équipe de danse ; juste toujours là-bas en train de jouer et j'ai adoré. Le bug d'acteur s'est officiellement matérialisé avec moi étant dans une pièce de théâtre au collège et depuis lors, je fais du théâtre,

Et avec le théâtre, c'est aussi comme ça que vous êtes entré dans la musique ?

Oui, théâtre musical. À l'école, nous faisions beaucoup de théâtre musical. Nous n'avons pas fait beaucoup de théâtre traditionnel. J'ai donc eu la chance de chanter et de danser avec ça à un très, très jeune âge. J'ai toujours su que je pouvais le faire, mais ce n'est qu'à l'université que j'ai dit que je voulais voir ce qu'étaient le cinéma et la télévision puisque j'avais fait du théâtre toute ma vie.

Vous avez sorti un single et un clip intitulé 'Skin I'm In'. Qu'est-ce qui vous a inspiré pour sortir cette chanson?

J'étais sur 'Making Da Band' il y a dix ans et j'étais finaliste là-bas et cette année marquera le 10e anniversaire de ma participation à [l'émission]. Les gens me demandent toujours, oui, ils me voient dans des émissions de télévision et des films, mais ils se souviennent toujours de moi pour avoir fait le groupe. Et je dis toujours aux gens, ce qui est la vérité, que je n'ai jamais quitté la musique, c'est juste que vous ne m'avez pas vu le faire dans les coulisses. Donc, si je suis souvent dans un film, j'écrirai une chanson pour le film ou l'émission de télévision et elle sera intégrée à ce projet.

J'ai donc fait une chanson pour le film 'Skinned' avec LisaRaye et j'ai été tellement inspiré par l'histoire parce que le message est incroyable. Et l'histoire parle d'une femme, mon personnage Jolie, qui blanchit sa peau pour devenir belle et désirable, obtenir la vie qu'elle a toujours voulue, l'homme qu'elle a toujours voulu. Elle pense que c'est l'extérieur qui va lui donner toutes ces choses. Et vous pouvez voir son parcours lorsqu'elle découvre que cela n'a rien à voir avec l'extérieur, mais avec l'intérieur. Donc, la chanson vient du fait de dire aux gens d'aimer la peau dans laquelle vous êtes parce qu'elle vous a été donnée par le Créateur et que le Créateur ne fait aucune erreur. C'est donc une chanson vraiment positive qui va élever les gens et qui, je crois, sera un mantra pour l'amour de soi.

C'est le premier film de LisaRaye. Comment est-ce de travailler avec elle ?

C'est définitivement une patronne, sa présence demande le respect, elle ne joue pas. Je n'ai rien vu de mal à cela parce que cela m'a vraiment inspiré en tant que jeune femme qui monte dans les rangs que lorsque vous travaillez dur, les gens respectent votre travail et au-delà, c'est la façon dont vous vous comportez. Donc, elle se comporte comme une femme qui sait ce qu'elle veut et ce qu'elle ne veut pas et elle n'a pas peur de vous dire si ce n'est pas ce qu'elle veut et vous le donnera avec un visage impassible et vous osera dire quelque chose à ce sujet . (rires) J'ai eu la chance de passer beaucoup de temps avec elle en tête-à-tête et de lui parler de femme à femme et à son mentor pendant ce temps que nous avons passé ensemble. C'est une femme qui sait ce qu'elle veut et elle exige le respect et c'est comme ça que ça va se passer et j'ai adoré ça.

Parlez-moi davantage de la raison pour laquelle vous pensez qu'un film sur le colorisme est si important de nos jours.

Eh bien, vous avez des gens maintenant où l'échelle n'est pas équilibrée sur la représentation de la beauté, ce n'est pas un spectre uniforme. Vous ne voyez pas d'arc-en-ciel, vous ne voyez qu'une représentation et quand vous en voyez d'autres, ce n'est qu'une sur quelques-unes. Lupita est arrivée et c'est 'Oh mon dieu, regarde cette beauté exotique' mais je suis comme si je voyais de belles personnes comme Lupita tous les jours, et en plus je les rencontre dans l'entreprise. Ainsi, un film comme Skinned qui explore non pas d'un point de vue documentaire mais à partir d'une image animée à des fins de divertissement, il explore ce qui se passe lorsque la société, et souvent ce peuvent être les personnes les plus proches de vous, impose ces idéaux malsains des normes de beauté sur vous pendant des années et des années.

Et c'est ce qui est arrivé à mon personnage Jolie. Ça commence quand elle est enfant et ça commence dans la famille. Elle est la seule noire de sa famille, tous les autres sont clairs et brillants. Elle se sentait donc comme une paria depuis le début. Cela n'a donc pas aidé ses sœurs à s'en prendre à elle. Ça n'a pas aidé quand sa tante lui a dit 'qui est cette petite goutte de chocolat ?' Les enfants entendent ces choses—ces choses font mal et les enfants s'en souviennent et cela les secoue.

Donc 'Skinned' est important car il montre comment cela peut affecter une personne après des années et des années de ce type de conditionnement et le préjudice que cela pourrait causer. Et pour une personne qui traverse la lutte, changer soi-même n'est pas la solution ; cela change d'avis sur la façon dont vous vous voyez. C'est pourquoi c'est si pertinent de nos jours parce que même si cela vient du point de vue d'une personne, les gens peuvent [se rapporter]. Je suis donc heureux d'utiliser mon don pour faire la lumière sur un sujet si important et j'espère vraiment que cela changera des vies.

Je sais que Bill Duke a commencé une conversation avec son documentaire 'Dark Girls' et 'Light Girls', mais Skinned est différent parce qu'il ne parle pas d'une personne à la peau foncée et ayant des problèmes ou à la peau claire ayant des problèmes; il s'agit d'une personne qui, à cause de la pression de la société, lui donne l'impression qu'elle doit se changer pour être belle. Le blanchiment de la peau est énorme, c'est une épidémie mondiale.

Quelle est la date de première?

Nous sommes une sélection officielle au Festival du Film Panafricain. La première mondiale aura donc lieu le 7 février au festival et elle sortira en salles au printemps de cette année.

Quelle est la prochaine pour 2015?

Eh bien, en 2015, je vais enfin sortir de la musique publiquement avec 'Skin I'm In'. Je tourne un clip musical pour ça dimanche et je vais faire un court documentaire pour expliquer aux gens pourquoi les gens ont ' Je n'ai pas entendu de musique publiquement depuis Making Da Band. Ce sera donc un petit documentaire de 5 minutes pour vous dire en quelque sorte pourquoi cela a pris si longtemps. [Making @TheJasmineBurke], qui est une pièce de théâtre sur Making Da Band. Puis PIANO TV ; J'ai commencé ça et c'est une super comédie sur PIANO.com. Des personnages fictifs qui travaillent chez PIANO et c'est vraiment excitant car tous sortent. Et puis écorché. Donc de la musique, des films et des émissions de télévision. Je fais tout.

Comment les gens peuvent-ils vous suivre sur les réseaux sociaux ?

Mon identifiant est @TheJasmineBurke. J'aime parler quand j'ai des temps morts.

Instagram/SI

Articles Populaires